INSPIRATION

« NE ME DITES PLUS JAMAIS BON COURAGE » – Extrait

Hello la compagnie 🙂

J’espère que vous allez bien ! De notre côté, notre petite parenthèse ensoleillée en Guadeloupe touche à sa fin et autant vous dire que le choc thermique est assez violent ^^
Mais je vous avoue que je suis heureuse de rentrer et de me remettre à fond dans les chouettes projets que nous réservent 2019, cette année s’annonce encore magique et j’ai hâte de la vivre à 200%.
En parlant de projets et de vivre à 200%, j’avais envie de vous partager un extrait d’un livre que mon frère m’a offert à Noël et qui m’a accompagné pendant une partie de nos vacances ; « Ne me dites plus jamais bon courage » – Ce bouquin est une véritable pépite qui se lit vite et qui fait un bien fou, il ne coute pas grand chose et vraiment il vaut le détour. Voilà donc un extrait qui, je pense, devrait vous plaire ;

 

« Seule façon d’avancer dans la vie, et plus encore dans LE pays où la première réaction à un projet est toujours un cinglant « ça ne marchera jamais ». Qu’elle vienne de son conjoint, de sa maman ou de son banquier a qui l’on raconte son rêve, le résultat est le même ; nous couper les aîles et nous rendre vulnérables. Tout de suite, le doute s’installe. Et si ils avaient raison ? Et si c’était trop dangereux ? Et si je mettais en péril ce que j’ai chèrement acquis jusqu’à présent ? Et si je n’en était pas capable ? Et si j’étais nul(le) ? Et si… ça ne marchait pas en effet ? Pas facile ensuite de remonter la pente et de vaincre les doutes.[…]
Acheter un appartement, créer sa boite, changer de job malgré la crise, se lancer un challenge sportif un peu fou, prendre une année sabbatique, déménager dans la ville où l’on a toujours voulu habiter. Dire merde à son patron et quitter enfin une entreprise dont on ne partage pas les valeurs et dans laquelle on se rend chaque matin l’estomac en tire-bouchon. Rares sont ceux d’entre nous pouvant sérieusement affirmer n’avoir jamais renoncer à un projet après que notre entourage ait tenté de nous en dissuader. Nous sommes humains et donc influençables, nous détestons le changement et préférons le confort du statut quo.[…]
La seule façon de lutter contre cette facilité est donc d’adopter dans nos vies personnelle et professionnelle une posture d’entrepreneur ; Provoquer la changer plutôt que d’évoquer sa poisse éternelle. Ne s’en prendre qu’à soi-même plutôt que d’en vouloir à la terre entière, ne pas oublier qu’un message négatif peut tuer jusqu’à 10 messages positifs, garder le moral en toutes circonstances, Avoir envie de l’avenir et croire en soi quoi qu’il arrive. Savoir différencier le transitoire du permanent, se dire que « ça passera » en cas de coup dur et reconnaître qu’il y’a rarement mort d’homme. Ne jamais croire qu’un échec est définitif, voir les solutions là où les autres voient que des problèmes ou des obstacles. Et comprendre que l’optimisme est contagieux.
Le plus difficile pour y parvenir est de nous débarrasser de tout ce qui nous limite. Nos propres croyances, nos expériences passées, le regard des autres sur notre tempérament supposé, les moqueries de notre entourage. Pour abandonner le pourquoi du pessimisme figé, adoptons le comment de l’optimisme actif, celui qui ne renonce jamais parce que c’est compliqué ou difficile, et qui n’arrête pas tant qu’il n’a pas trouvé le moyen d’atteindre son but. « Un con qui marche va plus loin que deux intellectuels assis » ; Pour venir à bout de nos doutes, préférons l’action qui renforce à l’introspection qui paralyse. »

 

Je vous embrasse et vous dit à très vite pour de nouveaux articles 🙂

Maÿlis

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply