DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

GÉRER UNE PÉRIODE DE FORTE CRISE ; PARTIE 2, MES CONSEILS.

Hello par ici 🙂

Les dernières semaines ont été telleeeement intense ! Je suis désolée, je n’ai pas eu l’occasion de revenir par ici pour vous écrire et poster la seconde partie de mon article sur la gestion de crise.
Nous voilà partis quelques jours en guadeloupe pour une petite parenthèse ensoleillée, je me pose donc pour vous poster mes quelques conseils pour garder son calme et rebondir quoi qu’il arrive 🙂

1 – DEMANDER DE L’AIDE. 

Je me suis toujours crue invincible. Honnêtement, aussi prétentieux que cela puisse paraître, c’est un état d’esprit que j’ai développé ces dernières années, à force d’auto-persuasion ; il ne peut rien m’arriver. Je crois que c’est une grande force car ça me permets d’avancer sans avoir peur car je sais que quoi qu’il arrive, je vais m’en sortir. Ça m’aide à prendre des décisions, des risques, à m’affranchir des idées reçues et continuer ma route.
Du coup, quand ma mère est passée nous voir après la sur-médiatisation de notre t-shirt, pour nous demander si on avait besoin d’aide, j’ai répondu que non, ça allait le faire, qu’on allait gérer seuls. Bon clairement c’était complètement stupide de penser que même en se surpassant on avait la capacité et les épaules pour gérer ça.
Dès le lendemain j’ai rappelé ma maman pour lui demander si ils pouvaient décaler leur départ en vacances pour nous filer un coup de main.

De la même manière pour les avocats dont nous avons eu besoin, j’ai sollicité notre réseau car c’était la meilleure façon d’avoir des avis de qualité et totalement francs.

C’est toujours pénible de se sentir si vulnérable, de sentir que quelque chose nous échappe et qu’on ne peut pas s’en sortir seul(e). Mais je me suis vraiment rendu compte que parfois, savoir demander de l’aide n’a rien de honteux. C’est juste admettre qu’on sera plus efficace en étant plus nombreux a gérer la crise.
Alors, sachez vous entourez, n’hésitez pas à demander, solliciter les autres, vous aurez toujours l’occasion de leur rendre ce qu’ils ont pris le temps de vous apporter.

 

2 – PRENDRE DU RECUL.

La phase la plus importante après une crise.
Il est facile de réagir à chaud, spontanément en écoutant davantage son coeur que sa raison, mais (très très) souvent ça annonce une réaction de merde 🙂
La preuve c’est que quand nous avons été attaqués, on a d’abord pensé à aller se battre comme des têtes brulés. Je ne sais pas quelle était la véritable bonne décision, mais une chose est sûre c’est qu’il nous a fallu quelques jours pour voir de manière parfaitement objective tous les tenants et aboutissants de ce qui nous attendait. Quelle que soit la force de conviction que vous avez dans votre première réaction/décision, laissez vous un peu de réflexion. & ça marche pour toutes les crises, personnelles/professionnelles.

 

3 – REMONTER EN SELLE.

Ne jamais rester sur un échec. C’est une règle d’or que je m’efforce d’appliquer chaque jour ; C’est vrai que c’est parfois décourageant et qu’il serait plus facile de baisser les bras, mais si l’on s’arrête après un échec, si on ne se relève pas après d’une chute et qu’on ne repars pas de plus belle, alors on est voués à ne plus rien faire.
La preuve en est : tous les plus grands chefs d’entreprises, inventeurs, créateurs, ont essuyé de nombreux échecs avant de voir naitre leurs succès. 

En ce qui nous concerne nous avons mis 4 mois à rebondir factuellement sur cet événement du t-shirt avorté. Nous avons ressorti une nouvelle version de ce fameux t-shirt que nous avons appelé 2.0, une version retravaillée subtilement pour contourner ce qui nous était reproché mais suffisamment proche de notre idée de départ pour que nos clients y voit un joli pied de nez à ceux qui nous avait attaqué. Nous l’avons sorti en Novembre, et contre toute attente ce nouveau modèle s’est révélé être une belle idée cadeau de Noël pour beaucoup de gens. Nous avons vendu quasiment autant de t-shirts que la première version sans s’y attendre et une nouvelle fois, sans comprendre franchement ce qui nous arrivait ^^

Alors il ne s’agit évidemment pas de foncer tête baisser pour tenter de se relever, mais comme je vous le disais plus haut, de prendre du recul, d’analyser ce qui vient de se passer pour ne pas reproduire le même schéma, mais surtout, de ne pas cesser de croire en soi, en ses idées et en ses projets. La méthode n’est pas toujours la bonne, l’environnement n’est pas toujours optimal et parfois les événements extérieurs viennent tout chambouler, mais ça ne sera jamais une raison suffisante pour abandonner.

Croyez en vous, trouver un moyen de vous relever dans la bonne direction, et ne baissez jamais les bras. 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply