DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

MA DÉFINITION DU BONHEUR A CHANGÉ.

Vous connaissez sans aucun doute ma passion pour le bonheur, je passe mon temps à en parler par ici.
Figurez-vous que depuis peu, ma définition du bonheur a changé.
Pas genre changeoté (oui je sais ce mot n’a aucun sens), elle a radicalement pris une nouvelle direction. Un sens contraire carrément.

Je vous dresse le contexte rapidement :
À la sortie du lycée, j’ai pris une année sabbatique. Parce que je ne savais pas quoi faire, parce que que je n’avais plus envie me faire ch*er (soyons clairs), j’avais besoin d’un break tout simplement.
Et ensuite j’ai enchainé. 5 ans d’études pour arriver au graal : Un master 2 dans ma poche arrière.
Deux ans de BTS, un bachelor en événementiel, un master 1 en Relations Presse et un master 2 spécialisé dans le marketing du Luxe. Un cursus, sans fausse modestie, plutôt très bien réussi, et surtout un parcours académique aussi complet que j’aurais pu l’espérer.

Bon. Pendant 5 ans, je n’ai rêvé que de grands noms sur mon CV, que de responsabilités toujours plus importantes, et de postes toujours plus haut placé. C’est cette ligne de conduite qui m’a fait avancer les premières années. Au détriment de tout le reste : la carrière avant tout (bah oui sinon c’est pas drôle), les amis, mon amour. Qu’importe.

Mon amour justement, Mathias, parlons-en.
Nous habitions à Paris à l’époque.
Et puis Paris, c’était pas trop son truc à Mathias. Plus breton, tu meurs. Il y’avait un vrai manque qui dépassait largement le simple besoin d’air iodé.
En premier lieu j’ai pensé qu’on n’était peut-être simplement pas sur la même longueur d’ondes, et que si il avait besoin de retrouver ses racines, je le laisserais partir sans le retenir.
Et la seconde d’après, (le temps de cligner des yeux quoi), j’ai réalisé que je n’avais pas envie de le laisser partir. En tout cas pas sans le suivre. Que j’avais pas envie d’un job qui me prendrait tout mon temps, toute mon énergie, pour ne me rendre qu’un brin de satisfaction passagère et une tonne de stress en permanence. Que je n’avais pas envie de laisser partir l’homme de ma vie. Que je n’avais pas envie qu’il s’épanouisse au grand air en me laissant plantée là entre les 4 murs de notre appartement parisien.

J’ai compris que mes besoins avait changé, mes envies aussi. Que mes ambitions en termes d’épanouissement professionnel n’avaient plus le même sens, et surtout plus la même place.

Aujourd’hui, ma définition du bonheur a changé. Mon fiancé, l’air qui devient respirable, un boulot qui prend moins de place et devient beaucoup moins oppressant, du temps pour nos projets, la famille à proximité, le mariage à préparer et puis, un jour, des enfants, un jardin et un chien.

Qui l’aurait cru.
Qui aurait cru qu’un jour mes priorités changeraient à ce point, qui aurait cru qu’un jour mon bonheur puisse se résumer à ça.

Pour toutes celles qui sont encore sceptiques, je vous l’affirme :

Le bonheur se trouve dans les choses simples.

You Might Also Like

9 Comments

  • Reply
    Anne
    3 juin 2016 at 9 h 30 min

    Un bon sujet le bonheur ! Il ne faut pas hésiter à en parler, ça fait tellement de bien 🙂 Ta dernière phrase le résume à la perfection: les bonheurs simples de la vie sont les meilleurs (un bon repas avec son chéri, un bon film, une bonne soirée entre amis, un petit coup de téléphone & même un petit sms qui fait plaisir, un fou rire . . . on a l’embarras du choix!)
    Continue tes articles en tout cas, quoi de mieux qu’une bonne vague de fraîcheur et une bonne dose de good vibes !

    • Reply
      Good Vibes Only
      5 juin 2016 at 10 h 21 min

      Ouiii, je n’imaginais pas qu’écrire cet article me ferait autant de bien !
      Bien sûr que le bonheur se trouve dans les choses simples… j’aimerais tellement que tout le monde puisse le comprendre ! 🙂

      Merci pour ces encouragements!
      A très vite 🙂

  • Reply
    Cyrielle
    3 juin 2016 at 11 h 28 min

    Mais oui, c’est vraiment vrai 🙂

  • Reply
    Ccourtois
    3 juin 2016 at 16 h 30 min

    Tout à fait d’accord 😉

  • Reply
    Audrey
    5 juin 2016 at 12 h 46 min

    Comme à chaque fois je me retrouve dans tes mots ! une histoire similaire j’en ai eu les larmes aux yeux. Merci pour ton authenticité !

  • Reply
    Audrey Moo
    6 juin 2016 at 21 h 43 min

    Une histoire digne d’un film ! Je trouve ça bien que tu te remettes en question et que tu n’hésites pas à aller à l’encontre des idées que tu avais pendant longtemps. En te souhaitant beaucoup de bonheur 🙂

  • Reply
    Élise M.
    29 juin 2016 at 13 h 42 min

    Je n’ai jamais laissé de commentaire sur un blog. Je suis attentivement, je lis, je commente (dans ma tête), je félicite (dans ma tête. Oui je sais ça sert à rien !) j’observe, je like et ça s’arrête là. . Mais celui-ci est différent. Au départ c’est ton histoire mais au final je dirai que c’est un article universel, qui parle à tout le monde !

    Moi aussi j’étais comme toi AVANT : le travail avant tout, construire une carrière en béton, être au sommet, toujours au top, perfectionniste, etc… À se renfermer sur soi pour ne vivre que pour cela (#ISCOM, tu connais l’histoire… ) Je pensais que l’épanouissement commençait par le travail mais avec du recul, olalala… que c’est tellement stupide (pour rester polie) de penser ça !

    Les mecs ? Pour s’amuser, on verra plus tard ! Mais « plus tard », c’est quand ? Et bien… Plus tôt que je ne l’aurais imaginer ! Comme toi, j’ai rencontré LE gars. LE gars qui aura remis en question tous mes petits projets bien cadrés. Et qu’est-ce-que ça fait du bien ! On se sent plus légère, plus libre et surtout moins stressée ( Ça, c’est la tête de Paul s’il m’entendait… Parce-que j’suis toujours aussi stressée mais plus comme avant… BREF). C’est fou comme UNE personne peut changer ta manière de vivre, de penser et d’évoluer. Aujourd’hui je me rends compte qu’il n’y a pas que le travail dans la vie, bien au contraire, je dirai même qu’il n’est qu’une toute petite et minuscule partie dans notre vie. Après m’être pris une bonne claque par un job, j’ai décidé que la vie professionnelle allait passer au second plan. Et du coup au premier plan, se sont hissés les loisirs, la détente, prendre l’apéro (bah oui, quand même !), m’affaler sur le canapé devant un film en ne pensant QU’AU film et rien d’autre (avant c’était compliqué), de nouvelles passions, un nouveau lieu de vie, Paul, ma famille… LA VRAIE VIE en fait.

    Je te souhaite de belles choses avec Mathias, de vivre TON bonheur à toi.
    PS : pour un premier commentaire sur un blog, il est de taille ! Je m’excuse…

  • Reply
    Céline
    26 juillet 2016 at 5 h 02 min

    C’est ce que je me tue à dire à mon entourage … Le bonheur, c’est un café en terrasse, sa chanson préférée qui passe à la radio, un rayon de soleil inattendu, un bisous dans le cou, bref pas de gagner au loto !
    Vivant en région parisienne, je vois tous mes amis, mes collègues, mes connaissances se stresser, toujours plus, pour évoluer toujours plus au sein d’une société de requins. Ils ne prennent pas de recul et n’arrivent même pas à voir que finalement cette vie, ce n’est pas celle qu’ils avaient rêvé … Je m’efforce tout comme toi de faire prendre conscience aux personnes qui me sont chères de se regarder, et de se dire : qu’est ce qui me rend heureux ? et si je ne le suis pas, comment le devenir ? Je pense qu’au fond d’eux, ce n’est pas une question de rush, mais plutôt la peur de découvrir leurs mal être. C’est tellement plus confortable de ne pas avoir le temps de réfléchir …

  • Leave a Reply