DÉVELOPPEMENT PERSONNEL

ET SI L’ECHEC NOUS RENDAIT MEILLEUR(E)S ?

Aujourd’hui j’avais envie de parler d’échec. Vaste sujet et certainement l’un des pire sentiments qui existe.

Selon moi, la meilleur façon de gérer l’échec, c’est premièrement d’adapter son état d’esprit et passer en mode positif-automatique (oui on sait tous que dans les réglages prédéfinis, on est généralement en mode Pessimisme). Et deuxièmement de prendre du recul et ne pas s’accabler : Bah Oui… c’est pas nous la ratée ! C’est simplement les méthodes qui n’ont pas fonctionnés !

Et puis, je crois sincèrement qu’échouer peut faire de nous de meilleures personnes, si nous apprenons à tirer le meilleur de ces expériences négatives.

 

1 – LES ECHECS FONT PRENDRE CONSCIENCE DE CE QUI NE VA PAS.

Comme je viens de le dire plus haut, en cas d’échecs, ce n’est pas la personne qui faut remettre en question, mais bien la méthode !

Une fois que ça c’est clair, rappelons-nous qu’il y’a assez peu de choses qui marchent parfaitement au premier essai. Tous les plus grands inventeurs pourront nous le dire : Les grands succès commencent souvent par une longuuuuuue listes échecs.
Bill Gates à connu la faillite avec sa première boite avant de monter Microsoft,
Edison à connu plus de 1000 tentatives infructueuses avant de nous créer l’ampoule telle que nous la connaissons aujourd’hui,
Marilyn Monroe a échoué tous ces premiers jobs dans le cinéma et on lui a conseillé de devenir secrétaire…

Et j’en passe et des meilleurs.

Tous ces grands noms qui ont connu l’échec avant le succès, sont bien la preuve que c’est en apprenant toutes les raisons pour lesquelles quelque chose ne marche pas, que l’on comprend son fonctionnement, et donc emprunte doucement mais surement la voie vers le succès.

 

2 – ILS NOUS POUSSENT À TRAVAILLER DAVANTAGE

Y’a deux façons de réagir face à un échec :

Option 1, abandonner le projet en question et rester sur un sentiment des plus négatifs.

Option 2, se servir de ce sentiment comme d’une force supplémentaire pour surpasser ses échecs. Inutile de préciser quelle option est la meilleure. Je pense que la persévérance est une vraie force qui vous permettra d’approcher vos rêves.
Quiconque laisse tomber, renonce à ses projets et laisse gagner les difficultés. Ne vous laissez pas abattre, reprenez vos esprits et battez-vous. Travaillez davantage, persévérez, ça finira toujours par payer.

 

3 – ILS MÈNENT VERS DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS

J’ai tendance à croire que tout ce qui arrive, arrive pour une bonne raison. Que les erreurs et échecs ne seront jamais 100% négatifs, que si les choses de passent de cette façon, c’est que quelque chose arrive derrière. Potentiellement quelque chose d’encore mieux. (Passion optimisme bonjour!)

Quand votre route est perturbée, sachez qu’automatiquement, un autre plan s’offre à vous. Alors rien ne sert de ruminer les erreurs et les échecs du passé, saisissez les nouvelles opportunités et faites en sorte qu’elles soient de vraies succès.

 

4 – ILS RELATIVISENT NOS PEURS (A TERME BIEN SUR)

C’est quand on échoue plusieurs fois que l’on comprend que non, ce n’est ni tragique, ni insurmontable.

Il y’a quelques mois, j’avais lu sur le net une métaphore qui m’avait beaucoup plu (bon je suis pas sûre de très bien la raconter, mais l’idée générale doit être à peu près celle-ci.)

Quand on rate une marche ou qu’on fait un faux pas dans l’escalier : qu’est ce qui se passe ? Est-ce qu’on dégringole toutes les marches précédentes ?

Non… généralement il ne se passe rien, si ce n’est qu’on se fait une bonne frayeur, qu’on réajuste notre pas, et qu’on continu (rassurez-moi personne n’est jamais resté à pleurer sur sa marche toute seule?)

Et bien les échecs dans la vraie vie, c’est pareil, souvent plus de peur que de mal !

Pendant longtemps j’ai eu peur de tout, peur de prendre des risques, parce que l’échec m’effrayait véritablement. Et puis de fil en aiguille, j’ai tenté, et j’ai échoué. Une fois, deux fois, trois fois… et j’ai réalisé ce dont je vous parlais plus haut : on ne meurt pas d’un échec et ls cachent toujours quelque chose, et la plus part du temps un nouveau plan qui vaut le coup. Alors pourquoi en avoir peur ?

 

Belle journée mes jolies, 
Et bon week end pour celles pour qui il n’a pas encore démarré !

You Might Also Like

5 Comments

  • Reply
    Tinhy
    6 mai 2016 at 10 h 33 min

    J’aime beaucoup cette métaphore ! J’ai moi aussi très peur de l’échec mais les échecs que j’ai connus m’ont justement motivée à fournir encore plus d’effort pour montrer de quoi j’étais réellement capable ! Après, je dois avouer que j’en ai tellement peur qu’il m’arrive souvent de laisser passer des opportunités ou de revoir mes objectifs à la baisse… Je dois encore travailler là-dessus 🙂

    A bientôt 🙂

  • Reply
    Mélanie
    6 mai 2016 at 11 h 46 min

    Merci beaucoup pour cet article qui fait du bien. J’essaye moi-meme de penser comme ça même si ce n’est pas facile tous les jours ! Je suis actuellement en pleine phase de refonte de mon blog après avoir réalisé qu’il ne marchait pas très bien, et bien que motivée il y a des jours où j’ai envie de tout abandonner ! (L’impression que ca ne sert à rien, que ça ne va pas marcher, que je ne suis bonne à rien…) Mais tes mots me redonnent du courage alors merci !

  • Reply
    Mademoisellevi
    7 mai 2016 at 19 h 37 min

    Moi je crois qu’effectivement l’échec est une chose très positive pour avancer
    C’est vraiment bon, pour se remettre en question
    Et pour se donner un bon coup de pied aux fesses parfois !
    <3

  • Reply
    Inspiration de la semaine #6 - La vie en plus joli
    9 mai 2016 at 10 h 28 min

    […] le sujet de l’échec vous parle, vous pouvez également lire cet article très chouette sur le site Good Vibes […]

  • Reply
    La deadline des 25 ans – i don't think, i feel
    30 mai 2016 at 16 h 12 min

    […] Et sur ces dernières semaines, j’ai été rassurée. Notamment grâce à vos réactions et commentaires sur le monde du travail en 2016, et sur tous les billets que j’ai pu lire sur vos blogs. Que ce soit à propos de vos états d’esprit, de vos relations amoureuses, ou de vos petites remises en question : rien n’est acquis, nous continuons à construire notre avenir, dans le doute, sans avoir peur des échecs.  […]

  • Leave a Reply